Le projet améliore la biodiversité du site

Un diagnostic écologique a été réalisé avant le démarrage des premiers travaux. Une classification « corine biotope » a été réalisée sur la zone. Parmi les espèces recensées, 19% sont indigènes et 6% endémiques (80% se retrouvent à l’arboretum). Les espèces exotiques représentent 90% de la présence végétale.

Ces enjeux sont totalement intégrés aux propositions de composition du volet paysager. La préservation et la valorisation des espèces et des lieux remarquables sont des priorités du projet de ZAC Cœur de Ville.

La mise en valeur de l’eau

La gestion des eaux pluviales dans les espaces publics est traitée par un système de petits fossés végétalisés appelés noues paysagères qui permettent de capter l’eau là où elle tombe et de ralentir son parcours avant qu’elle ne se rejette dans la ravine. La présence de végétaux dans ces noues permet également de rafraichir la température et de combattre le phénomène d’ilot de chaleur afin d’améliorer le confort thermique du futur centre urbain.

L’économie de la ressource

Le critère de l’économie de la ressource en eau a été prépondérant dans le choix des végétaux plantés sur la ZAC. Ainsi de nombreuses espèces endémiques, parfois oubliées ou peu connues, seront plantées dans le nouveau quartier car elles sont adaptées au climat.